Daech en Libye : petit à petit, le vautour fait son nid

Petit à petit, l’oiseau fait son nid. Là ce serait plutôt le vautour. L’appétit et la mégalomanie de Daech sont sans limites. Un Califat, ça se construit… Cette fois, c’est au tour de la Libye. Et cela ne date pas d’hier. Les islamistes s’y sont enracinés. Il faut dire que les atouts du pays ne manquent pas. 

Gorgée de pétrole, la Libye offre une source de revenus conséquente. Mais ce n’est pas tout. La place du pouvoir, laissée vacante depuis la mort du colonel Kadhafi depuis 2011, est une aubaine. Le pays est laissé à l’abandon depuis que les pays occidentaux ont fait tomber le tyran. A la place, des tyrans encore pires.

Le terreau fertile libyen

Des voix s’élèvent en France, la peste Kadhafi avait au moins le mérite de maintenir la stabilité du pays et de contrôler ses frontières. Il était aussi possible de « parlementer » avec lui même si rien de tout cela ne pouvait tempérer sa cruauté. Il existait un pont diplomatique entre l’Union européenne et lui. Le choléra Daech est obtus. Barbarie, conquête, fanatisme sont ses maîtres mots. Les occidentaux n’ont pas assuré le service après vente pourrait-on dire. C’est ce que ressentait Mohamed (pseudonyme) quand il s’est confié pour France 24 en 2014 : « Je ne comprends pas pourquoi les pays occidentaux ne font rien pour nous. Ils ont été si prompts à nous aider à nous débarrasser de Kadhafi, mais derrière, ils nous ont laissé nous débrouiller » (1).

Pour le reste, les groupes tribaux libyens, autrefois rassemblés autour de Kadhafi grâce aux redistributions de la rente du pétrole, s’entre-tuent pour un pouvoir qu’ils n’obtiennent pas. Deux gouvernements, l’un à Tripoli, l’autre à Tobrouk, se tirent dans les pattes en revendiquant la souveraineté.

Oublié au profit de l’Irak et de la Syrie, le cas de la Libye revient sur le devant de la scène. De nombreux libyens se sentent mis à l’écart depuis la mort du colonel dictateur. A l’écart du pays, de la marche de son histoire. L’Etat Islamique compte bien jouer aussi là-dessus. Ils seraient environ 5 000 combattants-djihadistes à y être présents, à s’entraîner, à prendre leurs marques sur un territoire qu’ils considèrent déjà comme le leur.

Une situation extrêmement préoccupante. Les occidentaux, étrangement taiseux depuis quatre ans, semblent l’avoir enfin compris. « Le grand dossier dans les mois qui viennent » pour Manuel Valls (2).

Avoir les yeux grand ouverts, c’est déjà un premier (petit) pas.


Notes :
(1) Corentin BAINIER, « Chaos en Libye : « C’est pire que tout ce qu’on a connu » »observers.france24.com, 27 octobre 2014.
(2) « Pour Manuel Valls, la Libye est le futur « grand dossier » », lemonde.fr, 1er décembre 2015.

Auteur : Ella Micheletti

Journaliste indépendante. Ex-EPJ de Tours. M2 droit public. Fondatrice de Voix de l’Hexagone. Beaucoup de politique (française et étrangère). Animaux passionnément. Littérature à la folie.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s